Quelques tableaux

Que pensez-vous de ces tableaux ?

Quels sont vos tableaux préférés ?

Voici quelques tableaux qui comme je le disais plus haut me sont cher.

Méfiez vous, car on ne se rend pas réellement compte des dimensions. Il vaut mieux me contacter, car les photos ne sont pas toujours représentatives.

Les tableaux sont tous de formats différents. Il y a les petits formats tels que  »la corrida » et  »vert ». Des formats moyens tesl que  »sphères en folies » et  »la licorne » et les autres, la majorité qui sont plutôt grands.

Plusieurs thèmes sont regroupés sur cette même page. Quelques photos ne représentent pas l’intégralité du tableau, c’est pourquoi il est préférable de se déplacer. Comme par exemple le tableau de la licorne, pour lequel il manque peut-être un morceau. Ceci est fait délibérément, afin de créer la surprise lors de la découverte de chacune des œuvres.

La danseuse et la sévillane ont été réalisées sur un support en contreplaqué. Ce type de support permet de donner du volume à la peinture en fonction de la matière.

La plupart de mes tableaux ont été peints avec de la peinture à l’huile. Pourquoi cette matière plutôt qu’une autre me direz-vous ? C’est une histoire d’affinité, il faut l’essayer et vous comprendrez ensuite pourquoi.

Le choix de la dimension d’un grand format ? Un peu plus d’un mètre en hauteur et largeur environ.

L’acrylique, le pastel, l’aquarelle…

J’aime aussi l’acrylique et le pastel, mais la profondeur des couleurs ne sont pas les mêmes, c’est pourquoi je préfère travailler la peinture à l’huile.

Tant que l’on a pas essayé, on ne se rends pas compte des différences qu’il peut y avoir d’un support à l’autre, d’une matière à l’autre, c’est presque différent à chaque fois. Le pinceau ramasse la matière et l’étale légèrement sur le support. Avec de l’aquarelle tout semble léger, volatile, avec la peinture à l’huile le mouvement est plus lourd, mais il reste agréable.

Pour en revenir à l’aquarelle, il suffit d’un peu d’eau et la liaison se fait, on dilue, on estompe. On dirait presque que c’est facile mais il n’en est rien, c’est même plutôt compliqué.

tableau Miaou

Tableaux à l’huile

Avec de l’huile, c’est impossible, on peut juste mélanger les couleurs, mais par contre la luminosité n’as rien à voir ainsi que la profondeur. Les différences se font aussi en terme d’apport matière puisque l’aquarelle demande très peu de matière alors qu’il faut de la matière pour la peinture à l’huile.

L’aquarelle se présente sous forme de petit carré dans des boîtiers avec une palette pour faire les mélanges, il suffit de peu de place et d’un verre d’eau.

La sanguine

De même pour l’huile, une palette ou deux vous seront nécessaires ainsi que de l’essence de térébenthine, des chiffons etc. Vous pourrez réutiliser vos pinceaux si vous les avez bien entretenues et surtout bien nettoyées après chaque utilisation.

Enfin, dans une autre catégorie on retrouve le pastel. Le pastel ressemble à un crayon gras, qui n’est pas très précis si l’on veut réaliser des traits fins, mais qui rend les couleurs très lumineuses.

Il y a aussi la sanguine, qui porte bien son nom puisqu’elle ressemble à du pastel de couleur sang. Les dessins réalisés à la sanguine sont souvent des nus, très épurés et aucune autre matière n’y est en général mélangé.

On en trouve de moins en moins, ne me demandez pas pourquoi, c’est peut-être parce que c’est passé de mode ?

L’encre de Chine est aussi une autre matière qui demande plus de précisions. Il faut déjà avoir une plume et savoir la manier, c’est un bon début, ensuite il ne faut pas avoir peur de louper ce qui a été commencé car on ne peut ni effacer ni estomper.

Je veux en savoir plus sur Criss.